Une table pour deux

Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Trouver par type
Trouver par prix
Trouver par sorties
Trouver par nom
Trouver par région
Podcast
English version



À propos de ce blog
Ce site offre des critiques honnêtes de restaurants de la région de Montréal et du reste du Québec. Nos textes sont plus près du récit que de la critique culinaire. Nous nous adressons aux amateurs de bons restaurants en offrant non seulement des opinions sincères mais aussi des comparaisons entre certains restaurants d'une même chaîne, ainsi que d'autres petites informations pratiques.

La liste des restaurants visités s'allonge régulièrement. Vous pouvez consulter la liste complète grâce à l'un des outils offerts en haut de cette colonne.



À propos de l'auteur
Nous sommes un couple d'amateurs de bons moments passés au restaurant. Parfois gourmands, mais surtout en quête d'expériences culinaires agréables à tous les niveaux. Vous pouvez nous écrire à cette adresse: table @ tablepourdeux.com.

Quelques sites que nous aimons
Il faut jouer avec sa nourriture
La déroutée
Montreal Breakfast Review
restaurants Angers Maine et Loire





Une table pour deux

Blog de plus de 350 critiques de restaurants de Montréal, du Québec et des alentours.
Liste de restaurants romantiques
Liste de restos pour la famille
Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter et sur Facebook. Nous postons des
liens culinaires intéressants ainsi qu'un occasionnel indice à propos de notre prochaine visite.







2015-06-21 - 21:04:05

Ocean

OceanOceanSandra et moi avions passé la journée à magasiner à Kennebunkport, dans l’État du Maine. J’ai été sincèrement impressionné de voir combien de vendeuses pouvaient me demander “How are you folks” tout en se foutant tellement de la réponse qu’elles n’attendaient même pas que je leur réponde. C’est peut-être parce que les gens ne répondent pas vraiment à la question car l’une d’elles semblait surprise que je lui lance un “Fine, thanks” assez enjoué.

Puisque nous étions dans les environs, nous avons fait une réservation pour un souper au restaurant Ocean, réputé pour être un des meilleurs de la région, grâce aux bon travail du Chef Pierre Gignac.

Situé tout en face de l’océan, la vue du resto est assez impressionnante. Sauf le soir lorsque le soleil est couché. La rue qui sépare le restaurant de la mer est peu ou pas éclairée. Et sachez que la mer, le soir, c’est pas mal sombre. Donc, il n’y avait rien à voir dehors, malheureusement.

OceanOceanDe fait, le Ocean fait partie d’une auberge nommée “Cape Arundel Inn & Resort”. L’endroit n’était pas très grand, mais semblait habitué à recevoir une clientèle plutôt aisée. La salle à manger offre un décor sobre avec un éclairage tamisé. La clientèle était uniformément bien vêtue. Un client avait même l’air tout droit sorti d’un “college movie”, jouant le rôle du méchant preppy accompagné de sa cheerleader de blonde. C’était difficile de ne pas rire.

Naturellement, le service était très poli et efficace. J’aurais été surpris du contraire.

On trouvait plusieurs plats classiques sur le menu (homard thermidor, canard à l’orange) ainsi que quelques trucs plus intéressants.

Nous avons donc commencé notre repas avec une salade de betteraves pour Sandra et une terrine de foie gras pour moi. La salade était bien, mais un peu fade, m’a-t-elle dit. Ma terrine était bonne, accompagnée de délicieuses tranches de prosciutto et d’une moutarde de pêche qui allait très bien avec la terrine. J’aurais aimé des craquelins un peu moins minces, ils se cassaient vraiment trop facilement (mais c’était de l’ordre du détail).

OceanOceanPour la suite, Sandra a choisi du canard sauce à la bette à carde accompagné de légumes. J’ai préféré l’espadon (aussi accompagné de légumes). Notre réaction a été la même: ça manque de “oumf”. Les plats étaient bien préparés et plutôt bien, mais un peu unidimensionnels. Par exemple, la sauce de bette à carde ne venait pas chercher la saveur du canard. Et mon poisson aurait bénéficié d’une petite sauce, je trouvais.

Les portions sont correctes, mais j’avais quand même assez d’appétit pour un dessert. J’ai essayé le gâteau au chocolat, marmelade et crème glacée au gingembre. Le gâteau était servi chaud et très bon. La crème glacée ajoutait une touche fort appréciée à l’assiette et permettait au gâteau d’être encore plus apprécié.

OceanOceanOn m’avait tant vanté les mérites du Ocean que j’imagine qu’il était difficile de ne pas être déçu. Et nous l’étions un peu. La cuisine était peut-être adaptée au goût de la clientèle locale et donc pas à l’affût de nouveauté. Je ne doutais pas qu’il s’agissait probablement d’un des meilleurs restaurants des environs. Mais nous sommes restés avec l’impression d’avoir dépensé pas mal d’argent pour un bistro qui aimerait se donner des airs. Malgré son potentiel classement régional, je ne crois pas que nous y retournerons.






0 commentaires - Poster un commentaire




2015-06-18 - 20:49:22

Oarweed

OarweedOarweedAvec l'été qui approche, je me suis dit que je ressortirais les notes de mes visites de l'été précédent…

Sandra et moi étions retournés à Ogunquit pour quelques jours de repos. Nous avions marché de notre hôtel jusqu'à Perkins Cove en passant par Marginal Way. Si vous passez quelques jours dans ce petit village et que vous n'empruntez pas ce petit chemin au moins une fois, vous manquez une grande partie de l'expérience "ogunquitoise".

Rendu à Perkins Cove, vous aurez droit à une panoplie de magasins de bijoux artisanaux, restaurants et autres commerces s'approchant dangereusement des attrape-touristes. Conscients du risque, nous avons choisi de souper chez Oarweed, ou plutôt sur sa terrasse donnant directement sur la petite baie qui protège la "cove" de l'océan. En terme de vue, c'est pas mal imbattable.

Oarweed, qui s’affiche comme étant un “Lobster Pound”, est surtout connu pour ses homards. Mais on peut aussi y manger du poisson, des salades, des hamburgers, et autres plats pour les non-amateurs de fruits de mer. Dont fait partie Sandra.

Tout au long de notre repas, le service a été poli, mais très absent. Notre serveuse nous a rendu visite pour prendre notre commande et nous ne l'avons revue que lorsqu'elle nous apportait nos plats.

OarweedOarweedSandra avait choisi une entrée de "tortilla chips & salsa". Une assiette on ne peut plus ordinaire remplie de chips sorties d'un gros sac et de salsa qui a été préparée dans une usine lointaine. J'ai préféré goûter à leur chaudrée de palourdes. Un peu fade, mais nettement meilleure que celle que j'avais essayée au snack-bar du motel le Norseman, situé à quelques pas de la plage. Mais nous étions quand même loin de celle de chez Legal Seafood de Boston, qui reste une de mes préférées.

Pour la suite, Sandra avait commandé un demi-poulet rôti. Résumons ses commentaires ainsi: elle n'a pas été impressionnée. Je la comprends, je n'avais même pas envie d'y goûter.

Pour ma part, l'assiette de trio de fruits de mer (crevettes, aiglefin et pétoncles) baignant dans un mélange de beurre et de panure n'avait d'égale que l'assiette mangée au Jackie's Too, à quelques mètres de là, l'année précédente. C'est-à-dire qu'elle était très décevante. L'assaisonnement était quasi inexistant et la panure n'était fort probablement pas faite maison.

J'admets qu'on ne va pas chez Oarweed pour y déguster de la fine cuisine. Leur spécialité est le homard servi avec un peu de beurre fondu et une pomme de terre cuite au four. Point. C'est minimaliste et dans le genre, c'est correct. Pour le reste il vaut mieux oublier ça.

OarweedOarweedY retournerai-je un jour? Peut-être pour du homard. La vue est si belle...






0 commentaires - Poster un commentaire




2015-05-17 - 11:59:00

Planète poutine

Planète poutinePlanète poutineQuand on a l'impression d'avoir "fait le tour de la poutine", que fait-on? Reste-t-on dans un espace confortable de sauce, de fromage et de frites? Ou devrions-nous plutôt explorer de nouvelles expériences culinaires? Par exemple, des poutines inusitées?

C'est donc une quête de nouveauté qui nous a menés tout droit au restaurant Planète Poutine, situé sur le Chemin de la Côte-des-Neiges. Ce resto est ouvert assez tard et, malgré l'heure de notre visite, la salle à manger était presque remplie. Le décor est assez minimaliste: un peu "fast-food", un peu moderne aseptisé. L'endroit était très propre.

Le menu se résume assez simplement: poutines, hot dogs, hamburgers. Mais que de choix! Par exemple: poutine aux poivres, poutine italienne, poutine Toulouse (avec moutarde au miel et saucisse Toulouse), poutine pâté chinois, poutine fromage bleu, hot dog mexicain, hot dog breton, et j'en passe.

Planète poutinePlanète poutineSandra a opté pour une poutine traditionnelle avec sauce piquante. J'ai préféré goûter à la poutine général Tao accompagnée d'un "roll-dog". Le tout nous a coûté environ 30$. On passe notre commande au comptoir et on se trouve une place en attendant d'être servis. Nos bols sont arrivés rapidement, mais j'ai dû attendre un peu plus longtemps pour mon roll-dog puisqu'il y avait des ennuis avec l'appareil qui les prépare.

Sandra n'a pas adoré son choix. J'y ai goûté. La poutine était correcte, mais je comprends qu'elle aurait aimé avoir plus de sauce et de fromage. J'ai nettement préféré mon bol. Le mélange était intéressant, la portion de général Tao était raisonnable et la sauce piquante plutôt bien. Par contre, j'aurais aimé un fromage qui fait plus '"squick squick".

Le roll-dog était une expérience en soi. Sorte de mélange entre un pogo et une gaufre, j'ai été surpris par le goût. Ce mets est servi avec un petit pot de salsa et je vous recommande de l'utiliser. Ça fait toute la différence.

Planète poutinePlanète poutineJ’observais les regards enjoués des quelques enfants qui accompagnaient leurs parents et je me suis dit que Planète Poutine devait probablement avoir une clientèle fidèle. Et je comprends pourquoi. Certains choix au menu sortent vraiment de l'ordinaire et je serais curieux d'en essayer quelques-uns. Et c'est un peu ce qui résume mon opinion de l'endroit: si vous avez envie d'une poutine hypertraditionnelle, vous devriez vous en tenir au casse-croûte de votre quartier. Mais pour vous dépayser un peu (pas trop!) tout en faisait plaisir aux plus jeunes, allez faire un tour chez Planète Poutine.






0 commentaires - Poster un commentaire




2015-05-10 - 11:48:08

Péché matinal

Péché matinalPéché matinalJ’ai parfois l’impression que le quartier Dix30 prend tant de place dans l’esprit des consommateurs, que partout ailleurs il faut se battre pour se tailler une part de marché. J’ai aussi tendance à penser un peu trop à ce mégacentre commercial et pas assez à des quartiers très intéressants, tels que le Vieux-Longueuil. Une chance que Sandra est à l’affût de plein de petits restaurants intéressants qui échappent parfois à mon radar.

Prenez le Péché matinal, par exemple. Combien de fois ai-je roulé sur la rue Saint-Charles sans me rendre compte que ce restaurant existait? Sachez qu’on gagne à le connaître.

L’été, la toute petite terrasse à l’avant du resto est un peu trompeuse. S’il est vrai que la salle à manger n’est pas très grande, elle peut quand même accueillir une bonne clientèle. Elle est faite sur le long et plus je me promenais plus j’étais surpris de sa taille. Tout au fond, un toit vitré nous permet de voir le ciel. C’est vraiment charmant.

Le menu du Péché matinal peut sembler classique, avec ses cassolettes, ses pains dorés, ses omelettes et ses viennoiseries. Mais on se rend rapidement compte qu’il y a une originalité très appréciée dans ce qui et proposé. Par exemple: la cassolette à la cuisse de canard confit avec une sauce demi-glace aux champignons et oignons rouges caramélisés sur pommes de terre avec un œuf poché. Ou le pain doré aux poires et gingembre avec une compote de poire et amandes grillées, nappé de chocolat noir. C’était prometteur!

Péché matinalPéché matinalQuestion de patienter avant l’arrivée de nos plats (ce qui fut une bonne idée, la préparation étant un peu longue), nous avons commencé par une chocolatine aux noisettes. Elle est servie chaude et nous l’avons tous deux aimée. Les noix ajoutent un petit côté salé très intéressant.

Ensuite, nous avons mangé une cassolette à la saucisse au bacon fumé à l’érable (avec sauce aux pommes, crème et vin blanc, sur pommes de terre gratinées au St-Paulin) et le pain doré salé gratiné de fromage suisse et garni de jambon braisé.

La cassolette m’a beaucoup plu. Le mélange des saveurs était intéressant et la portion était généreuse. Le pain doré salé était bon, mais le jambon nous a semblé un peu sec et les pommes de terre tièdes. Dommage, car c’était un plat avec un certain potentiel.

Péché matinalPéché matinalJe dois admettre qu’il reste quelques petits points à améliorer, mais dans l’ensemble notre visite au Péché matinal a été très satisfaisante. Le café est bon (dixit Sandra) et le service très sympathique. Nous y retournerons certainement, il faut juste que je me souvienne qu’il y a plusieurs restaurants à l’extérieur du Dix30.






0 commentaires - Poster un commentaire




2015-04-10 - 17:55:18

Restaurant Jardin Tiki

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiJ’imagine que vous êtes déjà au courant, sinon j’ai le regret de vous annoncer que le restaurant Jardin Tiki a fermé ses portes. Une perte pour les amateurs de kitsch partout dans le monde, à ce qu’on dit.

Je n’y étais jamais allé. Mais je voulais avoir la chance de vivre l’expérience au moins une fois, et surtout de vous en parler pour que nous puissions discuter ensemble de la réelle perte de cet établissement. J’ai donc convaincu mes amis René et Céline (avec leur fille Ariane) de m’accompagner.

Heureusement que Sandra avait lu qu’il était préférable de réserver. À notre arrivée, il y avait une attente de près d’une heure. L’endroit était plein. Plein de gens, plein de Tiki. Ce décor kétaine dont tant de gens parlent était-il si pire? Oui et non. C’était vraiment le reflet d’une autre époque. Une version gigantesque du Miss Chinatown de Saint-Lambert (que j’ai bien connu, mais fermé depuis longtemps), tous deux offrant un décor parfois plus hawaïen que chinois.

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiDans le cas du Jardin Tiki, ça veut dire beaucoup de bambou, plein de lampes accrochées au plafond, un gros dragon à l’entrée et un petit étang avec quelques tortues et des poissons. Kétaine? Certes. Drôle? Possiblement. Qui vaut le détour? Hmmm…

Lors de cette visite, le service était quasi inexistant, probablement en raison du très grand nombre de clients. Il nous a fallu attendre un bon moment avant qu’un employé réussisse à se faufiler jusqu’à nous et que Céline puisse commander un drink non-alcoolisé pour Ariane. Heureusement que le reste se passait au buffet.

Justement, le buffet… Les classiques de la restauration chinoise populaire s’y trouvaient: soupe won ton, soupe aigre piquante, rouleaux frits, boules frites au poulet, poulet du général Tao, nouilles Singapore, ailes et pilons de poulet, riz frit, “spare ribs”, légumes divers, frites, rondelles d’oignons et j’en passe. Sans oublier la sauce aux prunes et la sauce rouge “aux cerises”. Manquaient plus que les petites saucisses… Ah! Non, elles étaient là aussi.

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiToujours au buffet, à un certain moment, un homme tout ce qu’il y a de plus “bobos” (avec le grand foulard, la blonde snob et tout) m’a gentiment demandé si je pouvais lui servir quelques boulettes de pâte. Un peu surpris, je lui en ai donné tout en lui expliquant qu’il devrait essayer de se débrouiller pour prendre sa sauce lui-même. Je pense que c’était la première fois qu’il mettait les pieds dans un buffet. Pauvre lui, pas facile la vie d’un homme branché.

Fidèle au décor, la nourriture semblait elle aussi sortie tout droit des années 70 ou 80. La qualité des mets était, disons, acceptable. J’ai connu de pires buffets, mais j’en ai surtout connu de meilleurs.

Le buffet des desserts était tout aussi… intéressant. Fruits, biscuits de fortunes, petits carrés de gâteau et, bien sûr, du Jell-O. Mais, ô surprise, il y avait aussi une machine à crème glacée molle. J’aurais aimé faire un petit tas de molle un peu moins hideux, mais l’employé qui apportait de nouveaux desserts sentait si mauvais que mon soudain manque d’inspiration a coupé court ma créativité laitière.

Il va malheureusement sans dire que les desserts étaient aussi pas mal ordinaires. Mais le Jell-O était bien réussi.

Au revoir, Jardin Tiki. Je t’ai connu, mais je ne pleurerai pas ton départ. Tu n’as apparemment jamais réussi à moderniser ton offre culinaire. En soi, ce n’est pas trop grave. Mais la qualité de tes plats n’avait absolument rien d’intéressant. Et lorsqu’on vit de la restauration dans une ville comme Montréal, on peut difficilement survivre sans se forcer un peu.

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiMon seul regret est que le Jardin Tiki représentait un endroit “amusant”. Bon... pas très amusant. Mais un endroit où les gens voulaient et pouvaient passer un bon moment entre amis ou en famille pour le plaisir d’être ensemble. Dans un endroit qui ne se prenait pas au sérieux et qui nous dépaysait un tout petit peu. Et non pour être dans un endroit cool, branché ou tendance. Juste parce que tous ces trucs un peu partout, c’était amusant. Il aurait juste été intéressant que le buffet offre aussi un petit quelque chose d’unique, de bon.






2 commentaires - Poster un commentaire




2015-04-04 - 17:35:02

Érablière les Quatre Feuilles

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesCombien de fois suis-je allé avec des amis ou en famille à l’érablière les Quatres Feuilles? J’ai l’impression que la réponse est: une fois par nouveau propriétaire. C’est à dire: souvent. Bon, j’exagère un peu, mais si peu.

Les Quatres Feuilles est une cabane à sucre qui coexiste avec le théâtre de Rougemont. Lors de mes premières visites, il y a plus d’une quinzaine d’années, j’avais été ravi par ce qu’on trouvait au buffet. Des plats traditionnels et innovateurs dont la qualité surpassait ce qui se trouvait ailleurs. Mais au fil des ans, la qualité a beaucoup diminué et nous sommes allés assouvir notre besoin de sirop à d’autres endroits.

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesHeureusement, le nouveau propriétaire (en date de 2015) semble avoir le souhait de renverser cette fâcheuse tendance. Lorsque j’ai reçu le communiqué détaillant le nouveau menu, je n’ai pas pu résister à la tentation d’y retourner.

Le décor est sensiblement le même. Les grandes salles à manger sont moins impersonnelles que ce qui existe dans les mégacabanes (ie: Goudrelle et cie), mais on est quand même loin de la petite cabane chaleureuse de nos souvenirs d’enfance. Avec la musique et les employés serviables, gentils et souriants, on a quand même l’impression que l’ambiance est à la fête.

Comme je le mentionnais ci-dessus, le principal changement semble toucher le menu. À un point tel que j’ai presque envie de le considérer comme celui d’une “cabane 2.0”. Vous voulez du bacon, des fèves, des oreilles de crisse et du jambon? Il y en a. Mais en explorant le buffet vous verrez aussi de la salade de couscous, des arancini érable et bacon, du “Poulet du Général Tao 2.0”, un feuilleté végétarien, de la poutine et j’en passe. De quoi donner une syncope aux plus traditionalistes d’entre nous.

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesEt qu’est-ce que ça goûte? Ça dépend des plats. Pour ceux qui me connaissent, je dirais que c’est de qualité “buffet plus”. Donc une production de masse pour une grande clientèle, mais avec assez de qualité pour être parfois intéressant. Par exemple, les arancini étaient un peu au-dessus de mes attentes. Les côtes levées, le Général Tao et le filet de porc aussi.

Par contre, d’autres plats m’ont déçu. Lors de notre passage, la poutine était dans un état lamentable et ne donnait pas envie d’être mangée. Et le gratin dauphinois aux patates douces était… étrange. Pas étrange dans le sens de “bon sang quel plat innovateur” mais plutôt dans le sens de “veux-tu bien me dire ce qu’ils ont mis dans ça, le goût est complètement indescriptible”. Ce fut la déception unanime autour de la table (et nous étions une douzaine).

Les desserts étaient plus traditionnels et corrects. J’ai eu un petit faible pour les grands-pères dans le sirop. Mais les crêpes n’étaient généralement pas très réussies. Après tout ça, la tire a été appréciée de tous, même si plus personne n’avait vraiment d’appétit.

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesJ’ai aimé le côté innovateur de l'Érablière les Quatres Feuilles. Même si je sais apprécier un repas de cabane traditionnel, j’ai toujours une certaine admiration pour les gens qui tentent de briser le moule. Et on peut dire que c’est ce qui se passe ici. Par contre, j’espère que la qualité s’améliorera au fil des ans. Je comprends qu’il s’agit d’une nouvelle administration et qu’il faut lui laisser le temps d’apprendre. Mais je trouverais dommage que les choses n’évoluent pas un peu. J’y retournerai probablement dans un ou deux ans.






0 commentaires - Poster un commentaire