Une table pour deux

Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Trouver par type
Trouver par prix
Trouver par sorties
Trouver par nom
Trouver par région
Podcast
English version



À propos de ce blog
Ce site offre des critiques honnêtes de restaurants de la région de Montréal et du reste du Québec. Nos textes sont plus près du récit que de la critique culinaire. Nous nous adressons aux amateurs de bons restaurants en offrant non seulement des opinions sincères mais aussi des comparaisons entre certains restaurants d'une même chaîne, ainsi que d'autres petites informations pratiques.

La liste des restaurants visités s'allonge régulièrement. Vous pouvez consulter la liste complète grâce à l'un des outils offerts en haut de cette colonne.



À propos de l'auteur
Nous sommes un couple d'amateurs de bons moments passés au restaurant. Parfois gourmands, mais surtout en quête d'expériences culinaires agréables à tous les niveaux. Vous pouvez nous écrire à cette adresse: table @ tablepourdeux.com.

Quelques sites que nous aimons
Il faut jouer avec sa nourriture
La déroutée
Montreal Breakfast Review
restaurants Angers Maine et Loire





Une table pour deux

Blog de plus de 350 critiques de restaurants de Montréal, du Québec et des alentours.
Liste de restaurants romantiques
Liste de restos pour la famille
Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter et sur Facebook. Nous postons des
liens culinaires intéressants ainsi qu'un occasionnel indice à propos de notre prochaine visite.







2015-04-10 - 17:55:18

Restaurant Jardin Tiki

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiJ’imagine que vous êtes déjà au courant, sinon j’ai le regret de vous annoncer que le restaurant Jardin Tiki a fermé ses portes. Une perte pour les amateurs de kitsch partout dans le monde, à ce qu’on dit.

Je n’y étais jamais allé. Mais je voulais avoir la chance de vivre l’expérience au moins une fois, et surtout de vous en parler pour que nous puissions discuter ensemble de la réelle perte de cet établissement. J’ai donc convaincu mes amis René et Céline (avec leur fille Ariane) de m’accompagner.

Heureusement que Sandra avait lu qu’il était préférable de réserver. À notre arrivée, il y avait une attente de près d’une heure. L’endroit était plein. Plein de gens, plein de Tiki. Ce décor kétaine dont tant de gens parlent était-il si pire? Oui et non. C’était vraiment le reflet d’une autre époque. Une version gigantesque du Miss Chinatown de Saint-Lambert (que j’ai bien connu, mais fermé depuis longtemps), tous deux offrant un décor parfois plus hawaïen que chinois.

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiDans le cas du Jardin Tiki, ça veut dire beaucoup de bambou, plein de lampes accrochées au plafond, un gros dragon à l’entrée et un petit étang avec quelques tortues et des poissons. Kétaine? Certes. Drôle? Possiblement. Qui vaut le détour? Hmmm…

Lors de cette visite, le service était quasi inexistant, probablement en raison du très grand nombre de clients. Il nous a fallu attendre un bon moment avant qu’un employé réussisse à se faufiler jusqu’à nous et que Céline puisse commander un drink non-alcoolisé pour Ariane. Heureusement que le reste se passait au buffet.

Justement, le buffet… Les classiques de la restauration chinoise populaire s’y trouvaient: soupe won ton, soupe aigre piquante, rouleaux frits, boules frites au poulet, poulet du général Tao, nouilles Singapore, ailes et pilons de poulet, riz frit, “spare ribs”, légumes divers, frites, rondelles d’oignons et j’en passe. Sans oublier la sauce aux prunes et la sauce rouge “aux cerises”. Manquaient plus que les petites saucisses… Ah! Non, elles étaient là aussi.

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiToujours au buffet, à un certain moment, un homme tout ce qu’il y a de plus “bobos” (avec le grand foulard, la blonde snob et tout) m’a gentiment demandé si je pouvais lui servir quelques boulettes de pâte. Un peu surpris, je lui en ai donné tout en lui expliquant qu’il devrait essayer de se débrouiller pour prendre sa sauce lui-même. Je pense que c’était la première fois qu’il mettait les pieds dans un buffet. Pauvre lui, pas facile la vie d’un homme branché.

Fidèle au décor, la nourriture semblait elle aussi sortie tout droit des années 70 ou 80. La qualité des mets était, disons, acceptable. J’ai connu de pires buffets, mais j’en ai surtout connu de meilleurs.

Le buffet des desserts était tout aussi… intéressant. Fruits, biscuits de fortunes, petits carrés de gâteau et, bien sûr, du Jell-O. Mais, ô surprise, il y avait aussi une machine à crème glacée molle. J’aurais aimé faire un petit tas de molle un peu moins hideux, mais l’employé qui apportait de nouveaux desserts sentait si mauvais que mon soudain manque d’inspiration a coupé court ma créativité laitière.

Il va malheureusement sans dire que les desserts étaient aussi pas mal ordinaires. Mais le Jell-O était bien réussi.

Au revoir, Jardin Tiki. Je t’ai connu, mais je ne pleurerai pas ton départ. Tu n’as apparemment jamais réussi à moderniser ton offre culinaire. En soi, ce n’est pas trop grave. Mais la qualité de tes plats n’avait absolument rien d’intéressant. Et lorsqu’on vit de la restauration dans une ville comme Montréal, on peut difficilement survivre sans se forcer un peu.

Restaurant Jardin TikiRestaurant Jardin TikiMon seul regret est que le Jardin Tiki représentait un endroit “amusant”. Bon... pas très amusant. Mais un endroit où les gens voulaient et pouvaient passer un bon moment entre amis ou en famille pour le plaisir d’être ensemble. Dans un endroit qui ne se prenait pas au sérieux et qui nous dépaysait un tout petit peu. Et non pour être dans un endroit cool, branché ou tendance. Juste parce que tous ces trucs un peu partout, c’était amusant. Il aurait juste été intéressant que le buffet offre aussi un petit quelque chose d’unique, de bon.






2 commentaires - Poster un commentaire




2015-04-04 - 17:35:02

Érablière les Quatre Feuilles

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesCombien de fois suis-je allé avec des amis ou en famille à l’érablière les Quatres Feuilles? J’ai l’impression que la réponse est: une fois par nouveau propriétaire. C’est à dire: souvent. Bon, j’exagère un peu, mais si peu.

Les Quatres Feuilles est une cabane à sucre qui coexiste avec le théâtre de Rougemont. Lors de mes premières visites, il y a plus d’une quinzaine d’années, j’avais été ravi par ce qu’on trouvait au buffet. Des plats traditionnels et innovateurs dont la qualité surpassait ce qui se trouvait ailleurs. Mais au fil des ans, la qualité a beaucoup diminué et nous sommes allés assouvir notre besoin de sirop à d’autres endroits.

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesHeureusement, le nouveau propriétaire (en date de 2015) semble avoir le souhait de renverser cette fâcheuse tendance. Lorsque j’ai reçu le communiqué détaillant le nouveau menu, je n’ai pas pu résister à la tentation d’y retourner.

Le décor est sensiblement le même. Les grandes salles à manger sont moins impersonnelles que ce qui existe dans les mégacabanes (ie: Goudrelle et cie), mais on est quand même loin de la petite cabane chaleureuse de nos souvenirs d’enfance. Avec la musique et les employés serviables, gentils et souriants, on a quand même l’impression que l’ambiance est à la fête.

Comme je le mentionnais ci-dessus, le principal changement semble toucher le menu. À un point tel que j’ai presque envie de le considérer comme celui d’une “cabane 2.0”. Vous voulez du bacon, des fèves, des oreilles de crisse et du jambon? Il y en a. Mais en explorant le buffet vous verrez aussi de la salade de couscous, des arancini érable et bacon, du “Poulet du Général Tao 2.0”, un feuilleté végétarien, de la poutine et j’en passe. De quoi donner une syncope aux plus traditionalistes d’entre nous.

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesEt qu’est-ce que ça goûte? Ça dépend des plats. Pour ceux qui me connaissent, je dirais que c’est de qualité “buffet plus”. Donc une production de masse pour une grande clientèle, mais avec assez de qualité pour être parfois intéressant. Par exemple, les arancini étaient un peu au-dessus de mes attentes. Les côtes levées, le Général Tao et le filet de porc aussi.

Par contre, d’autres plats m’ont déçu. Lors de notre passage, la poutine était dans un état lamentable et ne donnait pas envie d’être mangée. Et le gratin dauphinois aux patates douces était… étrange. Pas étrange dans le sens de “bon sang quel plat innovateur” mais plutôt dans le sens de “veux-tu bien me dire ce qu’ils ont mis dans ça, le goût est complètement indescriptible”. Ce fut la déception unanime autour de la table (et nous étions une douzaine).

Les desserts étaient plus traditionnels et corrects. J’ai eu un petit faible pour les grands-pères dans le sirop. Mais les crêpes n’étaient généralement pas très réussies. Après tout ça, la tire a été appréciée de tous, même si plus personne n’avait vraiment d’appétit.

Érablière les Quatre FeuillesÉrablière les Quatre FeuillesJ’ai aimé le côté innovateur de l'Érablière les Quatres Feuilles. Même si je sais apprécier un repas de cabane traditionnel, j’ai toujours une certaine admiration pour les gens qui tentent de briser le moule. Et on peut dire que c’est ce qui se passe ici. Par contre, j’espère que la qualité s’améliorera au fil des ans. Je comprends qu’il s’agit d’une nouvelle administration et qu’il faut lui laisser le temps d’apprendre. Mais je trouverais dommage que les choses n’évoluent pas un peu. J’y retournerai probablement dans un ou deux ans.






0 commentaires - Poster un commentaire




2015-03-21 - 12:32:13

La cabane chez Jean

La cabane chez JeanLa cabane chez JeanSandra et moi avons été invités au lancement de la saison 2015 de La cabane chez Jean. Une cabane à sucre située au bord de la plage du parc Jean-Drapeau. (Et pour ceux qui se demandent ce que veut dire “invité”, c’est que nous étions avec d’autres personnes des médias et que nous n’avons pas payé notre repas. Alors, prenez le texte ci-dessous avec un grain de sel, si vous doutez de mon honnêteté.)

C’était la première fois que je mettais les pieds dans ce “chalet”. Wow! Quelle salle à manger. Les plafonds hauts et l’éclairage donnent un charme tout particulier à cette grande salle de réception. On se croirait un peu moins dans une cabane à sucre que dans une sorte de “lodge”, mais la beauté du lieu nous fait rapidement oublier ce détail. Et la vue sur le casino était aussi plutôt plaisante.

La cabane chez JeanLa cabane chez JeanLa saison 2015 de La cabane chez Jean se tiendra du 20 mars au 12 avril. Je vous suggère de consulter le site web ci-dessous pour plus de détails. Il est sans doute préférable de réserver. La cabane est ouverte le vendredi soir, le samedi midi et soir et le dimanche midi. Les prix sont de 30$ pour les adultes et 20$ pour les enfants.

Le menu se veut on ne peut plus traditionnel. On oublie ici toute notion de cabane à sucre déconstruite et reconstruite. Salade de chou, cretons, oreilles de crisse, fèves au lard fumé, jambon, omelette, pommes de terre et saucisses font partie du paysage de la cabane à sucre depuis des générations. Et pourtant, La cabane chez Jean sait se distinguer du lot par la qualité des mets proposés. Non seulement avons-nous aimé tout ce que nous avons mangé, mais nous avons été surpris de constater à quel point chaque plat était savoureux et juste assez original pour nous faire joyeusement anticiper le prochain. Les “saucisses IFB” à elles seules valent probablement le détour, sans oublier les pommes de terre au gras de canard.

La cabane chez JeanLa cabane chez JeanJe pourrais dire la même chose des desserts. Le pudding chômeur (en pot) et la tarte au sucre sont des classiques avec un petit quelque chose de plus. Et j’aurais quand même aimé que mon estomac me laisse en manger un peu plus. J’ai à peine goûté à la tire, faute d’appétit.

Nous avons passé une belle soirée à La cabane chez Jean. Si vous n’avez pas envie de faire une heure de route pour trouver une cabane (relativement) traditionnelle qui offre une expérience culinaire très plaisante, je vous suggère de considérer celle-ci.






1 commentaire - Poster un commentaire




2015-03-19 - 12:28:31

Pilsen

PilsenPilsenVous ai-je déjà dit que North Hatley était une toute petite ville? Je pense que oui. Sachez aussi qu’en hiver, elle est très très tranquille. Lors de notre passage, ne souhaitant pas manger au restaurant de l’hôtel un deuxième soir, nous cherchions un endroit où souper. Notre choix n’a pas été trop difficile, il n’y en avait qu’un. Il y en a plus que ça habituellement, mais tous les autres étaient exceptionnellement fermés.

L’heureux gagnant fut donc le Pilsen, bien situé au bord de la petite rivière qui mène au lac Massawippi. En ouvrant la porte, nous avons découvert une salle à manger déserte; lumières presque toutes éteintes et aucun employé en vue. Une petite affiche nous indiquait que nous devions nous rendre à l’autre salle à manger, située au sous-sol. Au bas de l’escalier, nous avons trouvé une salle aux allures de bar (un peu sombre) avec des tables et… deux employés qui parlaient. Le resto était bel et bien ouvert. La gentille serveuse nous a expliqué que l’endroit avait été beaucoup plus occupé la semaine précédente, mais que c’était assez variable en hiver.

PilsenPilsenLe menu du Pilsen ressemble un peu à celui d’un pub qui espère impressionner en suivant une tendance plus moderne que traditionnelle. Par exemple: magret de canard à la cardamome, aux canneberges et cidre de glace ou bavette de boeuf Angus servie avec un caramel à la bière.

Nous avons donc lancé le bal avec une entrée de boeuf Wellington (et sa duxelle de champignon ) et une assiette de dumplings croustillants de porc. Le boeuf Wellington avait l’air d’un wonton frit géant. Malheureusement la viande était quasi inexistante et la pâte tout juste cuite. Sandra n’était pas emballée. Les dumplings étaient plus intéressants, avec leur sauce savoureuse. Mais j’avais quand même l’impression de manger quelque chose acheté au Costco.

Pour la suite, des linguini au magret de canard, canneberges ricotta et huile d’olive à la muscade pour Sandra. Un plat qu’elle a trouvé un brin étrange à cause d’un mélange pas tout à fait réussi. Elle cherchait en vain le goût du canard.

J’ai préféré la demi-portion de côtes levées avec frites et mayonnaise maison. Un plat simple et classique pour ce genre d’endroit. Tout était correct et selon mes attentes. La portion était juste assez généreuse et la cuisson était bonne. La mayo maison était, elle aussi, très correcte.

PilsenPilsenSi je ne me fie qu’aux longues heures d’ouverture, le Pilsen doit être un endroit particulièrement vivant pendant la saison haute. Mais je doute que les clients s’y rendent pour une expérience gastronomique qui sorte de l’ordinaire. C’est le genre d’endroit où il fait bon passer un moment avec des amis et où on ne porte pas trop attention à ce qu’on mange.






2 commentaires - Poster un commentaire




2015-03-18 - 17:22:48

Café North Hatley

Café North HatleyCafé North HatleySandra et moi nous sommes longuement obstinés pour tenter de déterminer si nous avions bel et bien trouvé le “centre-ville” de North Hatley. En auto, le temps de constater que nous étions rendus, nous étions déjà partis. Alors nous avons garé notre auto dans le stationnement municipal à quatre ou cinq places et nous avons visité chaque commerce… Deux fois.

Après une demi-heure de promenade, nous avons conclu qu’il n’y a pas grand-chose à North Hatley et que l’hiver, il y en a encore moins que ça. Heureusement, le Café North Hatley était ouvert, car nous avions un petit creux.

Situé au 2e étage d’un commerce, à l’opposé d’un minuscule magasin informatique, le café était séparé en deux petites sections. Le décor était un peu vieillot et le service plutôt sympathique.

Le menu était on ne peut plus minimaliste: un potage, deux sandwiches, trois quiches… Quelques viennoiseries et quelques desserts, parfois disponibles.

Nous avons commandé deux chocolats chauds, un croissant et un brownie. Le croissant était bien, le brownie avait une drôle de ganache qui donnait au dessert un petit goût hors de l’ordinaire. Les breuvages étaient simples et corrects.

Café North HatleyCafé North HatleyJe me demande si le menu du Café North Hatley change lorsque les touristes sont présents en plus grand nombre? Les choix sont limités… Les prix sont acceptables. Mais je ne suis pas certain que ce café survivrait s’il y avait une plus importante compétition.






0 commentaires - Poster un commentaire




2015-03-13 - 17:09:57

Le Hatley - Manoir Hovey

Le Hatley - Manoir HoveyLe Hatley - Manoir HoveySe rendre au Manoir Hovey, en plein hiver, peut parfois ressembler à une aventure. Si l’autoroute 10 était dégagée, on ne peut pas en dire autant de la rue Hovey, parfois si glacée que je devais me contenter de 30 km/h pour ne pas me retrouver dans un fossé. Quoi qu’il en soit, nous nous sommes rendus sains et saufs au manoir. (J’ai compris plus tard qu’il était plus simple de passer par l’autre extrémité de la rue.)

L’endroit est joli et chaleureux. La vue sur le lac Massawippi doit être particulièrement reposante en été. La salle à manger du restaurant donne, naturellement, sur le lac. Il n’y a pas grand-chose à voir le soir, mais au déjeuner l’étendue complètement gelée est quand même plaisante.

Le Hatley - Manoir HoveyLe Hatley - Manoir HoveyAvec son décor on ne peut plus classique, l’endroit est très calme, surtout en hiver. Lors de notre repas, il n’y avait que la moitié des tables qui étaient occupées. La clientèle semblait principalement séparée entre des gens au début de la trentaine et d’autres dans une cinquantaine quelconque. Il y avait au moins 50% d’anglophones, mais heureusement les gentils et polis serveurs semblaient parfaitement bilingues.

Le menu du restaurant du Manoir Hovey, Le Hatley, n’est pas très élaboré. Six entrées, sept plats principaux et quelques desserts. Les choix sont heureusement assez intéressants, par exemple le boudin de pétoncles en entrée (avec laitue de mer, racine de persil, panais, champignons de pied bleu, câpres d’argousier et poudre de Lichen).

Nous avons commencé la soirée avec un potage de courge “sweet dumpling”, pain de maïs iroquois, artichauts, fromage Gré des champs, réduction au tussilage, lentille noire et crème à l’huile de cameline pour Sandra et un carpaccio de faux-filet de boeuf (avec réduction de chou rouge, radis noir, jaune d’oeuf crémeux, carotte marinée, herbe de blé, trompette noire et pain de seigle) pour moi.

Côté présentation, les entrées étaient très réussies. Les assiettes étaient joliment préparées et appétissantes. Mon carpaccio me semblait fait à partir d’aliments de qualité et traités avec respect. Le résultat total ne m’a peut-être pas terriblement emballé, mais j’ai apprécié le travail. La soupe de Sandra l’a laissée un peu insatisfaite. Comme si toutes les saveurs donnaient un résultat un peu trop fade, un peu trop uniforme, malgré la diversité de ses composantes.

Le Hatley - Manoir HoveyLe Hatley - Manoir HoveyPar la suite, Sandra a essayé l’assiette “mignon et braisé de boeuf” servie avec pommes de terre marinées à l’estragon, tomates confites et croustilles de topinambour. Elle m’a dit que sa viande était bonne et tendre et que les accompagnements étaient bien préparés.

J’ai opté pour les ris de veau avec jus à la fougère douce, chou farci au riz sauvage, carotte au levain et huile au pain brûlé. Techniquement, c’était réussi. Les ris de veau étaient presque croquants en surface et tendres à l’intérieur, une cuisson intéressante. La sauce était, finalement, assez classique. Le chou farci de riz sauvage était bien, mais un peu fade.

Sandra et moi étions d’accord sur ce point: tout était bien préparé, mais l’ensemble de l’assiette manquait un peu de surprises. Des plats tout en douceur, mais peut-être un peu trop ennuyants. J’aurais aimé que le chef prenne un peu plus de risques.

Nous avons aussi goûté aux desserts du restaurant Le Hatley. Un gâteau au sirop de bouleau et un gâteau aux carottes. Encore une fois, la présentation était un plaisir pour les yeux. Nos assiettes étaient des mélanges de saveurs intéressantes et très correctes. Seul bémol, mon gâteau aux carottes était un peu trop sec à mon goût.

Comment résumer une telle expérience? Une cuisine compétente et réussie, mais sans réelle surprise. Est-ce pour plaire à une clientèle particulière? Peut-être bien. Mais avec deux verres de vin, taxes et service, notre repas nous a coûté plus de 225$. Malgré tout le bien que je peux dire de ce repas, nous n’avons pas été assez satisfaits pour payer un tel prix un second soir.

Le Hatley - Manoir HoveyLe Hatley - Manoir HoveyÀ noter, nous avons déjeuné au restaurant Le Hatley. J’ai essayé le “classique bénédictin”, que j’ai trouvé très correct. Le petit buffet déjeuner était aussi très bien. Et encore une fois, le service était impeccable.






0 commentaires - Poster un commentaire