Une table pour deux

Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Trouver par type
Trouver par prix
Trouver par sorties
Trouver par nom
Trouver par région
Podcast
English version



À propos de ce blog
Ce site offre des critiques honnêtes de restaurants de la région de Montréal et du reste du Québec. Nos textes sont plus près du récit que de la critique culinaire. Nous nous adressons aux amateurs de bons restaurants en offrant non seulement des opinions sincères mais aussi des comparaisons entre certains restaurants d'une même chaîne, ainsi que d'autres petites informations pratiques.

La liste des restaurants visités s'allonge régulièrement. Vous pouvez consulter la liste complète grâce à l'un des outils offerts en haut de cette colonne.



À propos de l'auteur
Nous sommes un couple d'amateurs de bons moments passés au restaurant. Parfois gourmands, mais surtout en quête d'expériences culinaires agréables à tous les niveaux. Vous pouvez nous écrire à cette adresse: table @ tablepourdeux.com.

Quelques sites que nous aimons
Il faut jouer avec sa nourriture
La déroutée
Montreal Breakfast Review
restaurants Angers Maine et Loire





Une table pour deux

Blog de plus de 400 critiques de restaurants de Montréal, du Québec et des alentours.
Liste de restaurants romantiques
Liste de restos pour la famille
Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter et sur Facebook. Nous postons des
liens culinaires intéressants ainsi qu'un occasionnel indice à propos de notre prochaine visite.







2016-05-16 - 22:27:03

Le Galopin

Le GalopinLe GalopinMa dernière visite au restaurant Le Galopin remonte à 2008. Ayant reçu un chèque cadeau à Noël, je me suis dit qu’il était grand temps de retourner à Québec pour constater si mon opinion sur l’endroit avait changé.

Dans mon texte original, je parlais d’un décor sombre et sobre avec un petit côté branché. Eh bien si le décor a changé au fil des ans, son style est resté le même. L’endroit est joli, calme et un peu plus cool que chaleureux. L’accueil est à la fois professionnel et sympathique, tout comme le service l’a été tout au long de cette agréable soirée.

En 2008, je trouvais que le menu du Galopin ressemblait à un mix terroir / fusion. Aujourd’hui, je dirais qu’il faut ajouter un petit côté bistro à cette équation. Table d’hôte traditionnelle, “bar à tartares”, menu dégustation… Tous ces choix s’entrecroisent à plusieurs endroits.

Le GalopinLe GalopinSandra a commencé la soirée avec une entrée de côtes levées en croûte de sésame, salade asiatique et vinaigrette ponzu. Un choix qui lui a beaucoup plu. Ma tante Michelle, qui nous accompagnait, a préféré un tartare de saumon, qui a aussi bien fait son affaire. J’ai choisi le ravioli de canard confit, caille laquée et bouillon à la citronnelle et estragon. Vous avez bien lu. Un seul (et énorme) ravioli occupait le fond de mon bol et un délicieux bouillon le recouvrait, laissant juste assez de place pour y déposer la brochette de caille. Un mélange très heureux et réussi de saveurs et de textures avec un ravioli parfaitement cuit.

Pour la suite, un velouté de légumes aromatisé au cari. Encore une fois un beau plat simple, mais bien exécuté, sans fausse note.

Michelle a poursuivi avec un fish & chips de basa émulsion aux tomates séchées et câpres, Yugon Gold et légumes sautés. Sa portion nous semblait énorme, mais tout a disparu de son assiette, alors j’assume que ça lui a plu.

Sandra, adoratrice de ce genre de pâtes, a préféré les pappardelles à l'oie braisée, prosciutto, parmesan et légumes grillés. Un plat généreux sur lequel trônait une grosse cuisse d’oie. J’y ai goûté (non mais, quand même…) et c’était délicieux. Cuissons impeccables et saveurs bien balancées.

Le GalopinLe GalopinPour ma part, j’ai eu droit à un tartare de homard avec frites et salades. Le tartare était savoureux et bien relevé, mais je trouve que la vinaigrette aurait besoin d’être ajustée. Pour moi, un tartare réussi doit mettre en valeur son aliment principal, qu’il s’agisse de viande ou de poisson. Dans ce cas-ci, je devais faire preuve d’une certaine concentration pour bien percevoir la saveur du homard, ce qui me déçoit toujours un peu. La salade était simple, mais très plaisante. Les frites étaient un peu trop… ordinaires à mon goût. Pas mauvaises du tout. Mais je ne les trouvais pas à la hauteur des autres plats offerts par Le Galopin.

Un dessert après tout ça? Honnêtement, nous avions l’impression d’avoir été gavés tant les portions étaient généreuses. Mais table d’hôte oblige, il fallait bien vivre l’expérience jusqu’à la fin. Alors ce fut une crème brûlée thé vert et rhubarbe pour ma chère tante. Une pyramide au chocolat noir, coeur croquant aux noisettes pour ma blonde et un pot pour moi (avec crème à l’espresso, brownies et pop-corn caramélisé). Trois choix délicieux, réussis et forts appréciés, malgré le fait que je crois que Sandra et moi aurions préféré échanger nos desserts.

Le GalopinLe GalopinMalgré les bémols énoncés ci-dessus à propos du tartare, nous sommes sortis du restaurant Le Galopin heureux de notre expérience et souhaitant y retourner bientôt. Les prix sont raisonnables (environ 175$ pour trois y compris les taxes, le pourboire et un verre de vin pour Sandra) et la qualité était définitivement au rendez-vous.






0 commentaires - Poster un commentaire




2016-05-08 - 22:15:36

Muvbox 2015

Muvbox 2015Muvbox 2015Pas facile d’être un amateur de lobster roll à Montréal. On ne peut pas dire que les endroits où en trouver sont particulièrement nombreux. Ceci étant dit, j’ai quand même la chance de travailler dans le Vieux-Montréal où se trouve le Muvbox depuis quelques années. Mais même si je me considère un amateur, je n’étais pas allé depuis des années à ce restaurant situé dans un conteneur (qu’on amène à la fin du mois de mai et qui disparaît avant l’automne).

Le problème est que le Muvbox est situé à une quinzaine de minutes de marche de mon bureau. Ce n’est pas très loin, mais une demi-heure de déplacement quand notre dîner ne dure qu’une heure, c’est un peu trop. Heureusement, j’ai découvert un mini Muvbox situé à l’entrée du quai Jacques-Cartier! Dès que l’occasion s’est présentée, je m’y suis rendu pour satisfaire mes besoins de homard.

Vu la taille du kiosque, je doute fortement que les homards soient préparés sur place. Mais au moins le sandwich n’est pas préparé d’avance. Une des employées place le pain sur ce qui semble être une balance électronique et le garnit ensuite minutieusement jusqu’à ce que le poids requis soit atteint.

Ayant choisi le “spécial #1”, j’ai quitté le Muvbox avec une demi-boîte contenant une “tasse” de chaudrée de palourdes (et des craquelins), un petit sac de chips et un lobster roll, en quête d’une table de pique-nique libre. Elles n’étaient pas très nombreuses et étaient toutes occupées. Un gentil monsieur a accepté de partager la sienne.

Muvbox 2015Muvbox 2015La chaudrée était très correcte, mais elle manquait un peu de saveur. En y portant attention, j’ai remarqué qu’elle comprenait quelque chose qui ressemble passablement à du bacon, mais dont le goût semblait totalement absent (d’où mon incertitude). C’est dommage, car ce détail aurait beaucoup changé le résultat final.

Le “roll” était bien rempli. Je ne dirais pas qu’il débordait, mais la portion de homard était tout à fait acceptable. La mayonnaise qui liait le tout était juste assez présente et laissait la place au homard. Rien de très sophistiqué, mais idéal pour satisfaire mes envies homardiennes.

Même si le Muvbox ne réussit pas à faire disparaître mon désir de retourner à Ogunquit pour du homard frais, il parvient quand même à me satisfaire pour un moment. Mais le prix est à la limite du raisonnable pour ce que j’ai eu (21.80$ avec les taxes). J’y retournerai sans doute, surtout à cause du manque d’alternatives.






0 commentaires - Poster un commentaire




2016-05-02 - 22:07:51

Nora Gray

Nora GrayNora GrayS’il y a une chose que je trouve difficile, c’est de parler d’un repas qui ne m’a pas plu même si tout était bien fait. C’est malheureusement le cas de ma première visite au Nora Gray, situé sur la rue Saint-Jacques.

Sandra et Rosa souhaitaient manger un agréable repas italien et les critiques du Nora Gray étaient bonnes. Nous nous y sommes donc rendus pour souper par un beau vendredi soir. Premier hic: le stationnement. Ceci n’est absolument pas la faute du restaurant, mais tenez-vous-le pour dit: il faut partir un peu d’avance simplement pour se trouver une place dans les environs.

Une fois sur place, j’ai été surpris de constater à quel point la belle petite salle à manger était sombre. Et un peu bruyante. Même si le Nora Gray ne se donne pas des airs, on sentait définitivement qu’il attire une certaine clientèle branchée dans la quarantaine et la cinquantaine (du moins, lors de notre visite).

Nora GrayNora GraySi vous êtes plutôt amateur de mets italiens traditionnels, soyez prévenu: le menu ne comporte pas vraiment de “classiques”. Mais ce n’est pas grave, tout semble bon! Vous y trouverez des mets tels que des agnolotti d’agneau, menthe et ricotta de chèvre maison, des pappardelle aux piments, crabes des neiges et chapelure rôtie ou un râble de lapin farci, panais et jus de carottes.

J’ai commencé par une entrée buratta et salade de tomates. Le fromage et les tomates étaient très bons et l’assiette s’est vidée en un temps record (c’est ce qui arrive quand votre blonde adore aussi la buratta). Sandra a préféré un plat de rotolo au citron avec légumes d’été. Très satisfaite de son choix, elle me vantait la qualité de la préparation et le plaisir qu'elle prenait à tout goûter.

Par la suite, elle a choisi le poulet de Cornouailles poêlé, betteraves au pesto de noisettes. Un autre succès, selon elle. J’ai opté pour l’assiette de scarpinnocc à l’encre de seiche avec saucisse et bisque de homard. Tout était bien préparé et raffiné. J’avais vraiment l’impression de goûter tout l’effort qui était mis dans ce plat. Malheureusement, l’ensemble ne m’a pas vraiment enthousiasmé. Je ne pouvais rien dire de mal du plat autre que ce n’était pas quelque chose de fait pour moi.

Nora GrayNora GrayPetite déception, vous comprendrez, lorsque je compare mes impressions avec celles de Sandra, Rosa et Daniel. Les trois ont beaucoup aimé leur assiette et Sandra m’a dit qu’elle aimerait beaucoup retourner au Nora Gray. Je ne dirai certainement pas non, mais je demanderai sans doute conseil à notre serveur lors d’une future visite, question de ne pas refaire la même erreur.






0 commentaires - Poster un commentaire




2016-04-07 - 20:54:12

Le Local

Le LocalLe LocalJ’ai l’impression que plus un restaurant possède un nom générique, plus il essaie d’être branché. Je ne serais pas surpris de voir des noms apparaître tels que Rue, Bloc de béton et Shoe-claque au cours des prochaines années. Au moins, dans le cas de ce dernier, on pourrait jouer sur la prononciation du mot “Chou claque” et espérer inspirer une quelconque forme de gastronomie. Mais pour le moment, nous allons nous concentrer sur notre visite au resto “Le local”, situé sur la rue William.

Le style de la salle à manger devrait plaire aux hipsters, avec son décor sombre et rustico industriel. Le tout est plutôt joli et la belle terrasse en avant doit être particulièrement pleine en été.

Le menu du restaurant Le Local suit relativement le modèle bistro: soupe à l’oignon, salades, huîtres, et terrine en entrée. Alors qu’on peut choisir parmi les tartares, grillades, ris de veau, poisson et autres assiettes du genre comme plat principal. Des choix populaires, mais aux descriptions appétissantes.

Le LocalLe LocalSandra et moi avons décidé de commencer par une terrine de foie gras et boeuf braisé, accompagnée de marinades. Un bon choix, je trouve, entre autres parce qu’il y avait un joli choix de pains. Celui aux olives nous a particulièrement plu. À noter que le personnel était très gentil et que personne n’a bronché à cause de nos multiples demandes de morceaux de pain supplémentaires. Nous avons tant aimé notre entrée que nous ne voulions rien laisser traîner.

Par la suite, Sandra a choisi un plat de pressé de canard confit à la figue et au miel, servi avec un oeuf poché et de la purée de panais au beurre noisette, pleurotes et endives grillées, salade de haricots et laitue niçoise et finalement une purée d’orange amère. Un plat savoureux, généralement réussi. Le plus gros bémol étant la réduction un peu trop concentrée et un peu froide.

Je me suis laissé tenter par un très traditionnel tartare de saumon à l’huile de truffe et lime, servi avec frites et salade. Un plat qui ne sort pas trop de l’ordinaire, mais que j’ai trouvé très correct.

Le LocalLe LocalNous avons apprécié notre visite au resto Le Local. Nos choix étaient peut-être un peu trop simples pour tester la cuisine à fond, mais nous avons tout aimé. Ce qui est déjà assez pour nous donner le goût d’y retourner plus tôt que tard. Je vous en reparlerai certainement un jour.






0 commentaires - Poster un commentaire




2016-03-31 - 20:27:52

L’Eggsoeufs

L’EggsoeufsL’EggsoeufsÀ quoi peut bien ressembler un ancien Amir transformé en restaurant offrant des déjeuners? Ça ressemble à L’Eggsoeufs situé sur le boulevard Taschereau.

Vous connaissez sans doute mon habituelle critique à propos de l’utilisation du mot “oeuf” ou “egg” comme nom de restaurant. Eh bien je crois que celui-ci fait preuve d’une détermination hors du commun faisant même fi du fait que le nom n’a pas de sens. Je suis impressionné.

Les nouveaux propriétaires ont réussi à rendre l’endroit beaucoup plus chaleureux que l’ancien look “cafétéria” du Amir, mais il reste que la décoration de la salle à manger me semble plutôt minimaliste.

Le menu du Eggsoeufs propose pas mal tout ce qu’on pourrait espérer trouver dans ce genre d’endroit: oeufs et cie, "oeufs bénédictines", plats de saumon fumé, omelettes, pain doré, gaufres, crêpes, fruits et même une section santé, avec toutes les déclinaisons que l’on pourrait s’attendre de trouver pour chacune de ces sections.

Alors que Sandra a choisi l’assiette avec un oeuf, du bacon et des “petites patates”, j’ai préféré (re)faire le cochon et choisir celle qui ajoutait à tout ça une crêpe, du jambon, des cretons et des fèves au lard.

L’EggsoeufsL’EggsoeufsDans l’ensemble, il s’agit d’un déjeuner assez réussi. Tout était correct, ou presque. Le bacon était malheureusement un peu froid et le sirop d’érable était, naturellement, du sirop de poteau. Mais pour le prix, les portions étaient très raisonnables.

L’eggsoeufs est un resto déjeuners parfaitement correct. Bien qu’il ne se distingue pas particulièrement de la masse de restos du genre, la plupart des gens ne s’en soucieront pas vraiment. Son menu varié, ses prix et ses portions en font un choix très acceptable pour les gens des environs.






2 commentaires - Poster un commentaire




2016-03-23 - 16:52:32

Auguste restaurant

Auguste restaurantAuguste restaurantYoupi! On s’en va à Sherbrooke pour la journée. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai visité cette ville. Non, c’est faux, c’était en 1976 et je rendais visite à ma grand-mère paternelle qui nous avait préparé de son délicieux sucre à la crème que je dégustais tout en écoutant les Olympiques sur son téléviseur noir et blanc. Je me demande si la ville a changé depuis 40 ans?

Passablement, oui.

Après une journée intéressante passée à explorer certains coins de la ville, dont un bon moment sur la rue King, c’est avec joie que nous avons mis les pieds au restaurant Auguste. Nous en avions tant entendu parler. Son ancien propriétaire, Dany St-Pierre, avait réussi à faire une excellente promotion pour ce joli petit resto.

Auguste restaurantAuguste restaurantLe décor est un peu minimaliste, cela va sans dire. Mais le tout est très plaisant. Beaucoup de noir, de brun, et de blanc. Un tableau sur lequel est affiché le menu se trouve au fond de la salle et un bar occupe une bonne partie de la salle à manger.

Il était assez tôt alors nous avons pu profiter du menu Tôt ou Tard (20$ si on arrive avant 18h ou après 21h). Un peu moins complet que le menu régulier, mais Ô si peu cher.

Nous avons commencé par la réputée poutine inversée. 6$ pour 6 petits morceaux de pommes de terre frites avec du fromage et de la sauce au milieu. Elle était bonne et goûtait… la poutine. J’ai trouvé ça un peu cher pour ce que c’était, mais enfin.

Par la suite, un peu de truite avec chips et roquette pour moi et un velouté de maïs et lait de coco pour Sandra. Ma truite était très bonne, mais j’aurais aimé qu’elle soit un peu plus relevée. Les chips étaient aussi bien agréables. Par contre, Sandra n’a pas été impressionnée par la soupe, la trouvant tout au plus “correcte”.

Auguste restaurantAuguste restaurantComme plat principal, j’ai choisi la paella terre et mer. Une assiette plaisante avec des fruits de mer bien cuits, mais qui, ici encore, manquait un peu de piquant à mon goût. Autre petite déception, j’aurais aimé avoir affaire à quelque chose d’un peu plus… différent? Pour moi, c’était un peu comme un plat qu’on peut trouver dans une multitude d’autres bistros.

Sandra a choisi le mac & cheese et jambon fermier et n'a pas regretté son choix, même si ici encore, son enthousiasme était plutôt modéré. Je crois qu’elle aurait préféré une sauce un peu plus consistante.

Rosa et Daniel, qui nous accompagnaient, avaient la même impression que nous. Leurs plats étaient bien exécutés et savoureux, mais dans l’ensemble ils n’avaient pas l’impression de goûter quelque chose qui se distinguait.

Par contre, tous ont été impressionnés par les desserts, simples mais très savoureux.

Auguste restaurantAuguste restaurantNotre visite chez Auguste nous a généralement plu. Le service est sympa et si on profite du spécial Tôt ou Tard, les prix sont très raisonnables. Par contre, je crois que nous espérions tous découvrir un endroit qui se démarquerait un peu plus. Nous avons bien mangé, nous étions satisfaits, et si nous habitions Sherbrooke nous y retournerions certainement. Mais nous n’avons pas trouvé que ce resto valait la peine de faire un allez-retour de Montréal.






0 commentaires - Poster un commentaire