Une table pour deux

Accueil / Voir nouveaux textes
Voir anciens textes
Trouver par type
Trouver par prix
Trouver par sorties
Trouver par nom
Trouver par région
Podcast
English version



À propos de ce blog
Ce site offre des critiques honnêtes de restaurants de la région de Montréal et du reste du Québec. Nos textes sont plus près du récit que de la critique culinaire. Nous nous adressons aux amateurs de bons restaurants en offrant non seulement des opinions sincères mais aussi des comparaisons entre certains restaurants d'une même chaîne, ainsi que d'autres petites informations pratiques.

La liste des restaurants visités s'allonge régulièrement. Vous pouvez consulter la liste complète grâce à l'un des outils offerts en haut de cette colonne.



À propos de l'auteur
Nous sommes un couple d'amateurs de bons moments passés au restaurant. Parfois gourmands, mais surtout en quête d'expériences culinaires agréables à tous les niveaux. Vous pouvez nous écrire à cette adresse: table @ tablepourdeux.com.

Quelques sites que nous aimons
Il faut jouer avec sa nourriture
La déroutée
Montreal Breakfast Review
restaurants Angers Maine et Loire





Une table pour deux

Blog de plus de 350 critiques de restaurants de Montréal, du Québec et des alentours.
Liste de restaurants romantiques
Liste de restos pour la famille
Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter et sur Facebook. Nous postons des
liens culinaires intéressants ainsi qu'un occasionnel indice à propos de notre prochaine visite.







04/10/2014 - 13:08:41

Le Rossignol

Le RossignolCette année, Sandra avait un souhait pour le temps des sucres: trouver une petite cabane familiale pleine de charme. Plus facile à dire qu’à faire, surtout si on ne peut pas aller trop loin. Arriva ce qui devait arriver, une cabane de rechange fut choisie pour tenter de résoudre l’impasse.

Il y a des années que je voyais Le Rossignol, à Ste-Julie, en prenant l’autoroute 20 pour me rendre à Québec. En y mettant les pieds, j’ai rapidement constaté que cet endroit était habitué à accueillir de très gros groupes. Je suis allé à la salle de bain avant de m’asseoir. C’est là que j’ai vu une affiche qui disait: déjeuners servis tous les jours. Bienvenue aux travailleurs et aux camionneurs. Hmmm… J’ai commencé à douter que nous avions trouvé une petite cabane familiale.

La salle à manger est très grande et ressemble un peu aux salles à manger de bien d’autres cabanes capables d’accueillir des milliers de clients: froide, impersonnelle et facile à laver à la fin de la journée.

Un dîner à l’érablière Le Rossignol coûte environ 20$. Pour ce prix, on vous sert du pain et des cretons, de la soupe aux pois, du porc, du jambon, des fèves, des pommes de terre, de l’omelette et des saucisses. La base, quoi.

Je crois que le terme qui qualifiait le mieux le service était “désorganisé”. Notre serveur semblait vouloir bien faire, mais il ne réussissait jamais à atteindre la cheville de ce que cette expression peut sous-entendre. Pauvre lui, il ne savait même pas où s’arrêtait notre groupe et où commençait le suivant. Ce qui fait que certains plats ne se rendaient que très difficilement jusqu’à moi, ou que je commençais à piger dans les plats du groupe d’à côté sans le savoir.

Le RossignolComme le veut la tradition, les petits pains étaient servis individuellement dans un emballage en plastique et les cretons se trouvaient dans un petit contenant préparé dans une usine je ne sais où. On ne peut pas dire que l’aspect “familial” était exploité à son plein potentiel (je blague, le site ne fait aucune mention de cet aspect).

Je vous épargnerai le détail de mes impressions de chaque aliment que j’ai consommé. Je résumerai le tout en vous disant que c’était, au mieux, passable. Le porc était sec, l’omelette avait un petit goût indéfinissable qui plaisait à certains et en dégoûtait d’autres et les saucisses étaient… adéquatement cuites.

Pour dessert, nous avons eu droit à quelques portions de gâteau aux raisins, deux types de tartelettes au sucre (avec un petit contenant de crème fouettée), des crêpes, des beignes et des chaussons aux pommes. J’ai presque goûté à tout, mais le service étant ce qu’il était, j’ai dû insister pour réussir à mettre la main sur quelques trucs. Je peux dire que les tartelettes m’ont plu, que les crêpes et les beignes laissaient à désirer et que le chausson aux pommes était correct.

Le RossignolVous comprendrez sans doute que je n’ai pas été impressionné par l’érablière / le restaurant Le Rossignol. De fait, parmi notre groupe, aucun des 8 adultes ne semble avoir apprécié son expérience. La principale qualité de cet établissement est d’avoir un prix un peu moins cher que les autres érablières de la région. Je ne crois pas que nous y retournerons.






4 commentaires - Poster un commentaire




02/14/2014 - 08:46:36

Niji Sushi Bar et restaurant

Niji Sushi Bar et restaurantPour notre anniversaire, j'ai offert à Sandra une journée au Skyspa, situé dans le Quartier Dix30. Ce fut une expérience assez agréable, mais se faire masser et ne rien faire pendant quelques heures creuse apparemment l'appétit. Alors quant à être entourés de restaurants, aussi bien en profiter.

À quelques pas du Skyspa se trouve le Niji Sushi Bar. Un restaurant qui représente trop bien certains des défauts reprochés au Quartier Dix30.

En mettant les pieds dans la salle à manger, on constate rapidement le côté tape-à-l'oeil de l'endroit. Des couleurs vives, un éclairage parfaitement calculé et la musique jazz m'ont donné l'impression que j'étais dans un resto "cool". Bin bin "cool". Le "bar" où l'on voit les chefs travailler comme des défoncés ajoute une petite touche particulière.

Niji Sushi Bar et restaurantLes employés du Niji Sushi Bar suivaient aussi cette tendance: de belles personnes bien habillées qui courent beaucoup, mais qui, finalement, ne se sont jamais occupées de nous adéquatement.

Le menu suivait la tradition de nos restos japonais: viande, poisson ou tempura. Et bien sûr, des sushis (des classiques et quelques spécialités un peu hors de prix). Nous avons décidé de commencer par un Ohi Toro, un rouleau accompagné d'une très agréable sauce dijonnaise, mais dont les saveurs du poisson et du homard étaient presque absentes.

Par la suite, des classiques: californie, kamikaze, rouleau végé, un nippon au poulet, etc. Mis à part le fait que le croquant du kamikaze était plutôt mou, tout le reste était correct. Ordinaire, mais correct. Sandra a même commandé un petit plat de sauce dynamite (pour 2.50$). Elle était bonne, mais n'avait rien de particulièrement "dynamite".

Niji Sushi Bar et restaurantNi Sandra ni moi n'avons été impressionnés par notre repas au Niji Sushi Bar. Tout était correct, mais le repas n'a jamais levé. Notre expérience aurait peut-être été plus concluante si nous n'avions mangé que des spécialités. Mais il y a des limites à notre budget. Et à qualité égale, nous irons probablement dans un autre restaurant offrant des sushis dont les prix sont un peu moins élevés. Et où on s'occupe un peu mieux des clients.






0 commentaires - Poster un commentaire




02/02/2014 - 21:39:27

L'Aurochs

L'AurochsVous direz bien ce que vous voudrez du Quartier Dix30, mais on ne peut pas affirmer qu'il manque de restaurants. Bon, j'admets que tous ne sont pas nécessairement intéressants, mais au moins il y a plusieurs choix. Suffit de réussir à contourner les embouteillages qui compliquent grandement la circulation dans certains endroits comme le Carré Dix30.

Heureusement, nous étions de l'autre côté de ce "quartier", dans le coin de la salle de spectacle. Sandra ressentait le besoin de manger de la viande et au Dix30, qui dit viande dit L'Aurochs, nous n'avions pas de réservations, mais nous étions prêts à prendre le risque. Heureusement, il restait quelques places près de l'entrée. Dans ce coin, les tables sont particulières. Larges, longues et hautes, j'imagine que nous aurions pu être assis avec des gens que nous ne connaissions pas. Mais j'ai trouvé étrange d'être assis si loin de Sandra, même si nous étions l'un en face de l'autre.

Notre serveur était sympathique et il semblait toujours heureux de nous expliquer les choix du menu ou de nous recommander un plat plutôt qu'un autre. Et que trouve-t-on sur ce menu? Des salades, du poisson, des hamburgers et… "les viandes". Filet mignon, rib eye, contrefilet New York, Delmonico, etc. Tout ce qu'il faut pour satisfaire le carnivore en vous.

Malgré nos désirs et nos choix de cuisson disparates, nous avons réussi à nous entendre et avons choisi Le Cowboy, un morceau à partager. Nous avions droit à un plat en accompagnement, à des légumes et à une sauce. Sandra a choisi une pomme de terre au four et j'en ai pris une seconde, mais toute garnie. Nous avons opté pour la sauce Cognac Hennessy, fortement recommandée par notre serveur.

La taille du morceau de viande était impressionnante. Quelle pièce! Heureusement que nous étions deux à la manger. Sandra préférant sa viande bien cuite, et moi saignante, nous avons décidé d'essayer une cuisson "médium". Un choix judicieux, je crois, car nous avons tous deux été satisfaits. L'extérieur était effectivement médium, mais l'intérieur était à la limite d'être saignant.

L'AurochsMa pomme de terre était très bien. Je crois que l'intérieur avait été vidé et ensuite remplacé par une purée savoureuse. Par contre, je dois admettre avoir été moins impressionné par la sauce. Sandra m'a dit l'avoir aimée, mais j'ai trouvé qu'elle était si subtile que le goût de la viande prenait toujours le dessus. Dommage.

Un repas à L'Aurochs peut facilement coûter un bon montant. Heureusement, il existe divers choix au menu qui offrent aux clients un peu moins en moyens l'opportunité de goûter à une viande de qualité dans une atmosphère très agréable sans nécessairement dépenser une fortune. (Par exemple, nous y sommes retournés une seconde fois et avons goûté aux hambourgeois. Ils étaient juteux et savoureux et coûtaient moins de 20$.) Et les amateurs que nous sommes ont été très satisfaits de la qualité de la viande qui nous a été servie. Alors si vous avez un petit côté carnivore qui prend parfois le dessus et que vous n'avez pas peur d'affronter les hordes de magasineurs qui occupent le Quartier Dix30, rendez-vous à L'Aurochs. Vous aimerez sans doute votre expérience.






0 commentaires - Poster un commentaire




01/25/2014 - 21:12:34

Au Pied de Cochon

Au Pied de CochonC'est la fête de René! C'est la fête de René! Ou plutôt, c'était la fête de René, mon ami. Sa soeur, Nicole, a décidé que le moment était bon pour un souper Au Pied de Cochon. Nous sommes tous un peu des foodies mais, étrangement, personne de notre groupe ne s'y était encore rendu.

Sa réputation internationale n'étant plus à faire, le Pied de Cochon est devenu une véritable institution montréalaise reconnue pour une cuisine bien préparée (et avec un petit quelque chose qui sort de l'ordinaire), une cabane à sucre où il est aussi difficile d'avoir une place que dans les grands restaurants californiens et un livre de cuisine qui ne cesse de remporter des prix.

Au Pied de CochonLa première chose qui m'a impressionné en entrant est le comptoir situé tout près de l'entrée, rempli d'huîtres et plein d'autres trucs intéressants. Étonnamment, la salle à manger n'est pas très grande. De fait, si ce n'était du miroir qui longe tout le resto, on s'y sentirait presque à l'étroit. Lorsque le soleil se couche, l'éclairage est feutré. Le niveau du bruit est tout autre. Tout au long de la soirée, j'ai eu beaucoup de difficulté à comprendre ce que me disaient les gens qui m'entouraient.

Le menu proposait une multitude de plats qui me faisaient saliver. La section foie gras, par exemple, mentionnait des mets tels que la tarte de foie gras cru au sel, le hamburger de foie gras et la dorénavant classique poutine au foie gras. Vous êtes plus de type fruits de mer? Les plats nommés "Plateau du Plateau", "Le Grand Bleu" et "Le Gros Verrat" (100$, 265$ et 355$) sauront certainement combler vos désirs. Sinon, il y avait divers plats de cochon et de volaille. Et comme si ce n'était pas déjà assez difficile de choisir, notre serveur nous a proposé quelques spéciaux du jour qui ont compliqué encore plus les choses.

Sandra a décidé de commencer par une assiette de cochonnailles. La présentation des aliments était un peu simple, mais les saveurs étaient très bien. Nous avions bel et bien l'impression de goûter quelque chose qui a été préparé sur place. Même chose pour mon pâté de campagne (dont la photo ne réussit pas à démontrer sa grande taille). Ariane, la fille de René, avait choisi la soupe à l'oignon et elle m'a dit l'avoir beaucoup aimée.

Au Pied de CochonEn guise de plat principal, René a choisi la poutine au foie gras. J'y ai goûté et je l'ai aimée, mais je l'ai trouvée un peu petite. Elle serait plus adéquate comme entrée à partager que comme plat principal. Ceci étant dit, elle m'a un peu déçu, car je m'attendais à ce que le goût du foie gras soit plus prononcé.

Sandra a préféré le pâté chinois au porc effiloché. Il était bien préparé et savoureux, mais elle m'a dit ne pas avoir été terriblement impressionnée. Même chose pour Céline, la blonde de René, dont la potée du PDC n'a pas du tout fait le bonheur.

Mon assiette de côte levée (notez l'absence du pluriel et jetez ensuite un coup d'oeil à la photo) m'a bien plu. Visuellement, la gigantesque côte faisait bonne impression. Mais la saveur était aussi au rendez-vous. Elle était bien cuite et tendre à souhait. Les accompagnements étaient aussi très appréciés, surtout les pommes de terre purées avec fromage. J'étais heureux de mon choix.

Au Pied de CochonOn ne peut pas dire la même chose de Nicole. La viande qu'elle avait choisie était sèche, beaucoup trop sèche. Elle a mentionné ce fait au serveur qui lui a expliqué que c'était normal pour ce plat. Mais il l'a quand même rapporté à la cuisine pour que le chef y goûte. Il est revenu en s'excusant, lui expliquant qu'il y avait vraiment quelque chose qui clochait dans son assiette. Plutôt que d'en reprendre une autre, Nicole a préféré essayer le pâté chinois, un choix qu'elle a préféré au premier.

Cet événement était bien représentatif du service tout au long de la soirée. J'ai trouvé notre serveur sympathique et un brin irrévérencieux. Mais ne prenez pas cette remarque pour un défaut. Ça ne faisait qu'ajouter à l'expérience "Pied de cochon" et ça me plaisait bien. Par contre, il a toujours été très professionnel et courtois, même lors de son échange avec Nicole.

Je doute que qui que ce soit autour de la table ait encore faim après un tel repas. Mais ça ne nous a pas empêchés de goûter aux desserts. La carte comporte plusieurs choix et j'ai eu la chance d'en essayer un bon nombre. Sandra et moi avons pris la tarte au sucre pour deux. Elle était cochonne à souhait et servie avec de la crème glacée, aussi très bien. Les autres desserts étaient très agréables, mais à force de goûter à un peu n'importe quoi on finit par s'y perdre. Je vous épargnerai donc mes commentaires incertains.

Au Pied de CochonJe crois que c'est René qui a le mieux résumé ce souper Au Pied de Cochon: décadent. La cuisine de Martin Picard, le propriétaire, est perçue comme étant audacieuse. Je suis relativement d'accord avec cette affirmation. Elle ne se distingue pas par un amalgame innovateur de parfums, mais plutôt par un grand respect des saveurs de base des aliments. Rien n'est masqué, tout est mis en valeur. C'est peut-être ce qui a déçu quelques-unes des personnes autour de la table, cette simplicité un peu déconcertante et peut-être décevante pour certains, vu les prix.

Pour ma part, j'ai été satisfait de mes choix et j'espère retourner Au Pied de Cochon pour continuer à en explorer le menu. Il s'agit d'un drôle d'endroit qui se situe un peu entre la bonne vieille auberge de campagne avec tout ce qu'elle a de plus traditionnel et le restaurant décadent du film The Cook, The Thief, His Wife and Her Lover (Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant), sans les décors extravagants.

Au Pied de CochonEn quittant les lieux, nous avons vu Martin Picard à moitié affalé sur une table au centre du resto. Il semblait… épuisé. Une présence impressionnante qui venait clore une soirée agréable et parfois étrange.






2 commentaires - Poster un commentaire




12/28/2013 - 11:23:58

Joyeux Noël et bonne année!

Joyeux Noël et bonne année!Bonjour chers lecteurs,

J'espère que vous avez passé un très joyeux Noël et que vous aurez une excellente année 2014.

Le rythme des textes a été un peu plus au ralenti cette année (obligations professionnelles, familiales, etc.). Mais ne vous en faites pas, nous serons de retour en 2014 avec plein de nouvelles visites à vous raconter.

N'oubliez pas de m'envoyer vos suggestions de restaurants à essayer. Elles sont toutes prises en note.

À très bientôt!

Thierry






1 commentaire - Poster un commentaire




12/19/2013 - 13:32:29

MIA Tapas Indonésiens

MIA Tapas IndonésiensNous étions quatre informaticiens qui s'attendaient à manger des hambourgeois (ou autres trucs du genre), mais lorsque nous avons frappé nos nez collectifs sur une porte fermée (à cause de rénovations), nous avons décidé que nous avions trop faim pour aller bien loin. Après 30 secondes de marche, nous sommes arrivés au MIA.

Première constatation, la salle à manger est petite. Un bar se trouve près de la cuisine. Le menu est affiché sur des grandes ardoises qui se trouvent sur quelques murs. Mais l'endroit étant passablement sombre, j'avais malheureusement un peu de difficulté à lire le menu. D'après ce que notre serveur nous a dit, on y sert des mets indonésiens. Des tapas indonésiennes? J'étais curieux d'essayer ça! Par contre, les prix étaient un peu plus... élevés que ce que nous avions envie de payer pour une sortie entre amis. L'un des quatre a décidé de se contenter d'une soupe au boeuf. Pour le reste, nous nous sommes séparé quatre plats à trois.

Nous avons réussi à nous entendre et avons choisi les plats suivants: une assiette de saumon mariné avec salade de papayes vertes et sauce à la menthe, une pieuvre grillée avec écrasé de pois chiche et salade d'agrumes, un tataki de thon Albacore avec nouilles de sarrasin, tofu mariné et salade d'algues. Et finalement, un poulet de Cornouailles au curry blanc.

Puisqu'il s'agit de tapas, les portions n'étaient pas énormes. Nous aurions probablement pu commander une assiette de plus, mais à 14$ ou plus le plat nous ne voulions pas exagérer.

MIA Tapas IndonésiensLes mets étaient tous très bien préparés. Le poulet de Cornouailles était tendre et savoureux. Les poissons étaient aussi très bien. De fait, je n'ai rien goûté qui ne m'ait pas plu. Mais lorsque je pense à la pieuvre et son écrasé de pois chiche (un délice!), au tofu mariné ou à la salade de papayes, j'ai bien envie de retourner au MIA. Pas avec mes amis. Avec Sandra, ma blonde fanatique de tapas.

Ce n'est pas que la compagnie de mes copains m'ait déplu, bien au contraire. Mais avec Sandra, je peux prendre le temps de bien savourer chaque bouchée et je peux échanger avec elle à propos de telle ou telle autre particularité. Entre amis, il est plus difficile d'apprécier des plats plus subtils qu'éclatés.

Nos assiettes ayant été vidées jusqu'à la denière parcelle, quelques-uns d'entre nous avaient encore un petit creux. C'est pour cette raison que je me suis rapidement retrouvé avec un mi-cuit au chocolat infusé à la cardamome, avec glace au gingembre (sans doute parce que ça me rappelait mes vacances à Moncton et les nombreux coeurs fondants mangés lors du séjour). J'ai été heureux de constater à quel point le chocolat et la cardamome allaient bien ensemble (et avec la glace). J'espère que ce dessert sera encore au menu lors d'une future visite.

MIA Tapas IndonésiensComme je le mentionnais ci-dessus, je ne retournerais pas au MIA avec des amis. J'ai trop l'impression de passer à côté des saveurs des plats, parfois peut-être un peu trop subtils. (Ça me rappelait un peu mon repas au restaurant Shambala mais avec des plats de meilleure qualité). J'y retournerai probablement avec Sandra. Je suis certain qu'elle aimera le mi-cuit au chocolat.

    • type
    • Indonésien
    • prix
    • 30$ à 60$ par personne
    • sorties
    • En amoureux
    • nom
    • MIA Tapas Indonésiens
    • région
    • Montréal
    • adresse
      phone
    • 350 rue de Castelnau est, Montréal, Québec
      514-678-2308





0 commentaires - Poster un commentaire